-A +A

Des écoponts pour rétablir les continuités écologiques

L’autoroute peut créer une rupture au sein d’un corridor boisé d’importance régionale pour les déplacements biologiques. La construction d’un écopont, au-dessus des voies d’une autoroute, permet de faciliter le passage des animaux.
L’intérêt écologique de ces ouvrages dans nos territoires est confirmé par la construction de quatre nouveaux écoponts sur le réseau Escota qui s’inscrivent dans une démarche régionale de rétablissement des continuités écologiques en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Un Schéma Régional de Cohérence Écologique a permis de cibler des actions de restauration des corridors et de définir leurs implantations dans le territoire, au-dessus de l’A8 aux Adrets, à Vidauban, à Fuveau et à Pourcieux.

La construction débutera début septembre 2016.

Des ouvrages d’un nouveau genre

Les écoponts font partie d’une nouvelle génération d’ouvrage plus large, fruit de l’évolution des techniques et des connaissances en matière de génie écologique.
Ils constituent l’une des solutions les plus efficaces pour répondre au besoin de déplacement du plus grand nombre d’espèces animales, depuis la moyenne et grande faune (chevreuils, sangliers, renards...) jusqu’à la petite faune (petits mammifères, batraciens, reptiles...) en passant par les chauves-souris.
Pour vivre, la faune a besoin de s’alimenter, de se reproduire, de se reposer et de se déplacer. Créer et préserver différents types de continuités écologiques permet à une grande variété d’animaux de trouver sa place dans des écosystèmes riches.
La reproduction avec des individus de population différente, est favorisée par ces continuités écologiques.

Objectif atteint pour les écoponts de Brignoles sur l’A8 et de Pignans sur l’A57

Les équipes du Conservatoire d’Espaces Naturels de la Région PACA qui assurent le suivi de ces deux écoponts ont livré un bilan très satisfaisant.
La végétation plantée pendant la phase de construction s’est bien développée.
La faune locale a adopté ce nouveau passage. Le lézard ocellé a été observé à deux reprises. D’autres formes de reptiles séjournent ou empruntent les écoponts, suscitant l’intérêt de leurs prédateurs.
Un circaète jean-blanc, espèce d’oiseau protégée, a été aperçu à plusieurs reprises à proximité d’un des deux écoponts.